Echelles d'évaluation

Les échelles d’évaluation

 

La prise en charge la plus efficace pour l’autisme est l’intervention éducative précoce débutant aussitôt après le diagnostic. Il existe un certain nombre d’outils de dépistage précoce qui permettent d'établir un diagnostic définitif d'autisme. Les tests d'évaluation les plus couramment utilisés:

 

  • CHAT (Checklist for Autism in Toddlers)
  • M-CHAT (CHAT modifié) : outil de dépistage pour une détection précoce
  • PEP (Profil Éducatif Psychologique ou Psycho Educational Profile).
  • PEP-R (ou Profil psychoéducatif révisé)
  • PEP-3
  • CARS (Childhood Autism Rating Scale), dans le cadre du modèle TEACCH, Université de Caroline du Nord (USA)
  • ECA (échelle d'Evaluation du Comportement Autistique) : Echelle BRETONNEAU, utilisée par le groupe du professeur Lelord à l'université de Tours (France).
  • ATEC (Autism Treatment Evaluation Checklist) ou Échelle de cotation des prises en charge de l’autisme.

Checklist for Autism in Toddlers (CHAT)

Le test, a été initialement mis au point par Simon Baron-Cohen et son équipe en 1992, en Grande Bretagne. 

Ce test est un outil de dépistage de premier niveau pour les enfants de 18 à 36 mois. Il est composé d’une série de 9 questions à poser aux parents et d’une série de 5 observations à effectuer par un professionnel. Simple et rapide, il peut être utilisé par des non-spécialistes en autisme. Il est constitué d’observations qui concernent 2 points primordiaux :

-      En premier lieu, la notion de « faire semblant », présente dans le développement normal vers l’âge de 12-15 mois, et qui est perturbée dans l’autisme.

-      En second lieu, le comportement d’attention conjointe, présent dans le développement normal vers l’âge de 9-14 mois, et qui est absent ou rare dans l’autisme.

Le test permet de cerner les altérations du développement de l’enfant dans les 3 domaines suivants :

  • "Le pointage protodéclaratif" (attirer l’attention de l’entourage vers un centre d’intérêt en pointant du doigt).
  • "Le contrôle du regard" ou "attention conjointe" (le fait, pour l’enfant, de se retourner pour regarder dans la même direction qu’un adulte).
  • "Le jeu de faire semblant" (jeu symbolique).

 

Evaluation proposée à l’âge de 18 mois pour mesurer le développement[1]

 

Section A : Questions aux parents

1. Votre enfant aime-t-il être balancé ou sauter sur vos genoux ?

oui/non

2. Votre enfant s'intéresse-t-il aux autres enfants ?

oui/non

3. Votre enfant aime-t-il grimper sur les choses, monter les escaliers ?

oui/non

4. Votre enfant aime-t-il jouer à cache-cache, à faire coucou ?

oui/non

5. Votre enfant joue-t-il à faire semblant : préparer une tasse de thé, avec une dînette?

oui/non

6. Votre enfant pointe-t-il avec son index les objets qu'il veut obtenir ?

oui/non

7. Votre enfant pointe-t-il avec son index pour partager un intérêt pour quelque chose ?

oui/non

8. Votre enfant joue-t-il avec des jouets sans constamment les mettre à la bouche ou les faire tomber ?

oui/non

9. Votre enfant vous apporte-t-il des objets pour vous montrer quelque chose ?

oui/non

 

Section B : Observation directe du pédiatre

I

Durant la séance l'enfant a-t-il eu un contact visuel avec vous ?

oui/non

II

Obtenez l'attention de l'enfant, ensuite montrez du doigt un objet dans la pièce en disant : «Oh, regarde ! c'est un (nom de l'objet)», en regardant son visage. L'enfant regarde-t-il ce que vous montrez ?

oui[2] /non

III

Obtenez l'attention de l'enfant, ensuite donnez-lui une dînette et demandez-lui de préparer une tasse de thé. L'enfant fait-il semblant de servir le thé, de le boire...?

oui[3]/non

IV

Dites à l'enfant «Où est la lumière?» ou «montre-moi la lumière». L'enfant montre-t-il la lumière du doigt ?

oui[4]/non

V

L'enfant peut-il construire une tour en briques Lego (combien de briques?) ?

oui/non

 

 

Comment interpréter le CHAT ?

On met en évidence un risque élevé de développement autistique à partir de deux réponses négatives aux questions 2, 4, 5, 7, et 9, associées à l'absence des comportements attendus aux éléments II, III et IV de l'examen clinique.



[1] Checklist for autism in toddlers (CHAT). Référence: Baron-Cohen and al., 1992. Traduction française : C. Rodrigues-Dagaeff, L. Junier, V. Dessiex, L. Holzer, C. Müller-Nix, F. Ansermet.

« Troubles autistiques : Dépistage et intervention précoces » RMSR 1999 ;119 :111-115.

[2] Pour répondre OUI, assurez-vous que l'enfant regarde l'objet et pas votre main.

[3] Vous pouvez utiliser un autre exemple de jeu de « faire semblant ».

[4] Nommez un autre objet, si l'enfant ne comprend pas le mot lumière.

 

Le PEP-R (Schopler, 1990) Profil Psycho Educatif Révisé

Ce test a été établi dans le cadre du programme TEACCH (Treatment and Education of Autistic and related Communication handicapped Children) à l'Université de Chapel Hill en Caroline du Nord en 1979 par Schopler et Reichler ; puis révisé en 1990. Il peut être utilisé indépendamment du programme TEACCH afin d'effectuer une évaluation psychologique standardisée. 

Le PEP-R est un outil d’évaluation, qui permet de définir les 'compétences émergentes' de l'enfant. A partir d'une analyse de ces émergences, l'évaluation permet de développer les objectifs éducatifs prioritaires du programme individualisé.

Les réussites et/ou émergences permettent également de donner des « âges de développement » qui replacent l’enfant et ses compétences par rapport aux compétences des enfants au développement typique.

Ce test est plus spécialement adapté à des enfants de niveau préscolaire ou d'un âge chronologique compris entre 6 mois et 7 ans mais peut être utilisé jusqu’à 12 ans.

Le PEP-R est composé de différentes tâches, le matériel du PEP-R est constitué d’un ensemble de jouets et d’outils pédagogiques qui sont présentés à l’enfant au cours d’une période de jeu structurée.  L'examinateur observe, évalue et enregistre les réactions de l'enfant pendant le test. Il note ensuite si l’enfant a « réussi », s’il a « échoué » ou s’il est en « émergence ».

Puis, à la fin de la session, les cotations obtenues sont réparties dans :

  • 7 domaines de développement : imitation, perception, motricité fine, motricité globale, coordination visielle-motrice, performances cognitives, les cognitions verbales et le langage. Ces 7 domaines de développement sont cotés « réussite », « échec » ou « émergence ».

 

  • 4 domaines de comportement : relations et affections (coopération et intérêt pour les personnes), jeu et intérêt pour le matériel, réponses sensorielles et langage. Ces 4 types de comportements sont cotés « appropriés », « légers » ou « sévères ».

Les profils qui en résultent font apparaître les forces et les faiblesses relatives dans ces différents domaines.

La CARS: Childhood Autism Rating Scale (Eric Schopler, Ph.D; R. J. Reichler, M.D; 1980). 

La CARS fait partie des outils les plus utilisés dans le diagnostic de l'Autisme Infantile. Sa réalisation est relativement rapide et elle peut être utilisée pour des enfants de plus de 2 ans. Elle permet de donner une appréciation du degré de sévérité du trouble autistique à partir de l’observation clinique, du comportement de l’enfant : la recherche de signes autistiques et la cotation de l’intensité des troubles sont réalisées à partir d’une évaluation filmée et accomplie par un neuropsychologue.

Elle évalue 15 domaines spécifiques : les relations sociales, l’imitation, la communication verbale, la communication non verbale, les réponses auditives, l’utilisation des objets, les réponses émotionnelles, l’utilisation du corps, l’adaptation aux changements, les réponses visuelles, les réponses et les modes d’exploration (odorat, goût, touché), la peur/l’anxiété, le niveau d’activité, le niveau intellectuel/homogénéité du fonctionnement, une appréciation générale du degré d’autisme.

Chaque catégorie est notée sur une échelle de 1 à 4 où 1 représente un fonctionnement normal et 4 un fonctionnement sévèrement perturbé (des demis points peuvent être accordés). La catégorie diagnostique est déterminée sur la base du score total de l’enfant et du nombre de catégories dans lesquelles il obtient une note de 3 ou plus. Les résultats des catégories sont additionnés pour donner une cotation se situant entre 15 et 60.

  • Les enfants qui atteignent un score total inférieur à 30 sont considérés comme non autistes.
  • Les enfants qui obtiennent un total de 37 (ou plus) et qui ont un score de 3 (ou plus) dans 5 des domaines évalués sont classés parmi les autismes sévères à profonds.
  • Les enfants qui obtiennent un total compris entre 30 et 37 sont classés parmi les autismes légers à modérés.  

L’intérêt de cette échelle est qu’elle  permet non seulement de déterminer si un enfant est autiste, mais aussi d’évaluer la sévérité de son syndrome, selon le “score” total obtenu. Par contre, elle peut à tort identifier comme autistes des enfants ayant un retard mental plus sévère, et ne pas détecter les formes plus légères d'autisme.

Echelle ECA (échelle d'Evaluation du Comportement Autistique)

Cette échelle a été créée par l'équipe du Pr. Gilbert Lelord en 1989 au sein du centre du CHU Bretonneau de Tours. Elle a pour objectif d'évaluer des symptômes chez des enfants chez lesquels un trouble envahissant du développement est soupçonné.

Cette échelle comporte 29 éléments présentés dans un tableau regroupant les principaux signes de l'autisme : 

Mettre une croix dans la colonne correspondant à la note la plus exacte

0

1

2

3

4

1. Recherche l'isolement 

 

 

 

 

 

2. Ignore les autres 

 

 

 

 

 

3. Interaction sociale insuffisante 

 

 

 

 

 

4. Regard inadéquat 

 

 

 

 

 

5. Ne s'efforce pas de communiquer par la voix et la parole 

 

 

 

 

 

6. Difficulté à communiquer par les gestes et la mimique 

 

 

 

 

 

7. Emissions vocales ou verbales stéréotypées; écholalies

 

 

 

 

 

8. Manque d'initiative. Activité spontanée réduite 

 

 

 

 

 

9. Trouble des conduites vis-à-vis des objets, de la poupée 

 

 

 

 

 

10. Utilise les objets de manière irrésistible et/ou ritualisée

 

 

 

 

 

11. Intolérance au changement, à la frustration

 

 

 

 

 

12. Activité sensori-motrice stéréotypée 

 

 

 

 

 

13. Agitation, turbulence

 

 

 

 

 

14. Mimique, posture, démarche, bizarres

 

 

 

 

 

15. Autoagressivité

 

 

 

 

 

16. Hétéroagressivité

 

 

 

 

 

17. Petits signes d'angoisse

 

 

 

 

 

18. Troubles de l'humeur

 

 

 

 

 

19. Trouble des conduites alimentaires

 

 

 

 

 

20. N'essaie pas d'être propre (selles, urines).

 

 

 

 

 

21. Activités corporelles particulières

 

 

 

 

 

22. Troubles du sommeil

 

 

 

 

 

23. Attention difficile à fixer, détournée 

 

 

 

 

 

24. Bizarreries de l'audition 

 

 

 

 

 

25. Variabilité

 

 

 

 

 

26. N'imite pas les gestes, la voix d'autrui 

 

 

 

 

 

27. Enfant trop mou, amorphe

 

 

 

 

 

28. Ne partage pas les émotions 

 

 

 

 

 

29. Sensibilité paradoxale au toucher, aux contacts corporels

 

 

 

 

 

 

Les examinateurs sont aidés par un glossaire donnant la signification de chaque élément de telle sorte qu'ils puissent rapidement l'utiliser sans avoir recours à d'autres documents. Chaque élément est coté de 0 à 4 (0 : le trouble n'est jamais observé, 1 : quelque fois, 2 : souvent, 3 : très souvent, 4 : toujours).

  • Une note « déficience relationnelle » regroupe la cotation de 13 éléments (n°1, 2, 3, 4, 5, 6, 8, 9, 12, 23, 24, 26 et 28) : éléments décrivant l’incapacité de l’enfant à être dans une relation adaptée avec autrui.
  • Un score « insuffisance modulatrice » (obtenu en additionnant la note de 3 éléments : n°11, 13 et 16) témoigne de la faible capacité de régulation émotionnelle et du comportement psychomoteur.

 

Autism Treatment Evaluation Checklist (ATEC) ou Échelle de cotation des prises en charge de l’autisme[1]

 

Cette échelle a été élaborée par Bernard Rimland et Stephen M. Edelson de l’association ARI (Autism Research Institute) pour palier aux insuffisances des tests d’évaluation classiques qui servent uniquement à établir un diagnostic d'autisme. L’échelle ATEC a été conçue pour aider parents, praticiens et chercheurs à évaluer l’efficacité des traitements et prises en charge existantes en matière d’autisme.

 

Le test comporte 4 parties : I. Langage/Communication (14 éléments). II. Sociabilité (20 éléments). III. Aptitudes cognitives et sensorielles (18 éléments). IV. Santé/Condition physique/Comportement (25 éléments).

 

Échelle de cotation ATEC[2]

 

I. Langage/communication

 

N = Non   V=Variable  O=Oui

1. Connaît son nom               

N

V

O

2. Réagit au "non" ou au "stop"

N

V

O

3. Suit des instructions

N

V

O

4. Utilise un mot à la fois

N

V

O

5. Utilise deux mots à la fois

N

V

O

6. Utilise trois mots à la fois

N

V

O

7. Connaît au moins 10 mots

N

V

O

8. Forme des phrases d’au moins quatre mots

N

V

O

9. Exprime verbalement ses désirs

N

V

O

10. Pose des questions pertinentes

N

V

O

11. Tient des propos pertinents

N

V

O

12. Enchaîne couramment plusieurs phrases

N

V

O

13. Soutient assez bien une conversation

N

V

O

14. Communique normalement pour son âge

N

V

O

 

II. Sociabilité

 

N = Non   V=Variable  O=Oui

 

1. Semble inaccessible, replié dans son monde

N

V

O

2. Ignore autrui

N

V

O

3. Ne réagit pas ou réagit peu aux sollicitations

N

V

O

4. Ne collabore pas,  se montre hostile

N

V

O

5. Evite tout contact oculaire

N

V

O

6. Préfère demeurer seul

N

V

O

7. Ne manifeste pas d’affection

N

V

O

8. Ne réagit pas à l’arrivée de ses parents

N

V

O

9. Evite tout contact avec autrui

N

V

O

10. N’imite pas

N

V

O

11. N’aime pas être touché, câliné

N

V

O

12. Ne prend pas à témoin, ne montre pas

N

V

O

13. Ne dit pas au revoir de la main

N

V

O

14. Désagréable, indocile

N

V

O

15. Colérique

N

V

O

16. N’a ni amis ni compagnons de jeu

N

V

O

17. Sourit rarement

N

V

O

18. Indifférent aux sentiments d’autrui

N

V

O

19. Non préoccupé d’être apprécié

N

V

O

20. Indifférent lorsque ses parents s’absentent

N

V

O

 

III. Aptitudes cognitives et sensorielles

 

N = Non   V=Variable  O=Oui

 

 

1. Réagit à son nom

N

V

O

2. Réagit aux compliments

N

V

O

3. Observe les personnes et les animaux

N

V

O

4. Apprécie les films/images et la TV

N

V

O

5. Dessine, colorie

N

V

O

6. Utilise les jouets de manière appropriée

N

V

O

7. Expressions appropriées du visage

N

V

O

8. Comprend les histoires à la TV

N

V

O

9. Comprend les explications

N

V

O

10. A conscience de son environnement

N

V

O

11. A conscience du danger

N

V

O

12. Fait preuve d'imagination

N

V

O

13. Amorce des activités

N

V

O

14. S'habille seul

N

V

O

15. Curieux, intéressé

N

V

O

16. Entreprenant, explore

N

V

O

17. "Connecté"

N

V

O

18. Suit le regard d'autrui

N

V

O

 

IV. Santé/condition physique/comportement

N = Non  jamais  P=Parfois  S=Souvent  O=Oui toujours

 

1. Mouille son lit

N

P

S

O

2. Mouille son sous-vêtement/sa couche

N

P

S

O

3. Souille son sous-vêtement, sa couche

N

P

S

O

4. Diarrhée

N

P

S

O

5. Constipation

N

P

S

O

6. Troubles du sommeil

N

P

S

O

7. Alimentation excessive/insuffisante

N

P

S

O

8. Alimentation très peu variée

N

P

S

O

9. Hyperactivité

N

P

S

O

10. Léthargie

N

P

S

O

11. Agressivité envers soi-même,

      auto-mutilation

N

P

S

O

12. Agressivité envers autrui

N

P

S

O

13. Destructions

N

P

S

O

14. Hypersensibilité au bruit

N

P

S

O

15. Anxiété, craintes

N

P

S

O

16. Insatisfaction, pleurs

N

P

S

O

17. Crises épileptiques

N

P

S

O

18. Langage compulsif

N

P

S

O

19. Habitudes rigides

N

P

S

O

20. Cris, hurlements

N

P

S

O

21. Refus de tout changement

N

P

S

O

22. Agitation

N

P

S

O

23. Insensibilité à la douleur

N

P

S

O

24. Obsession pour certains sujets

N

P

S

O

25. Mouvements répétitifs

N

P

S

O

 

 

 

 



[2] Cocher la case appropriée

 

×